Ouvrir le menu principal

Page:Béranger - Chansons anciennes et posthumes.djvu/546

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE MATELOT BRETON



Les gais vendangeurs du village
Dînent à l’ombre au bord d’un champ
Passe un matelot qui voyage,
Pieds nus, et qui siffle en marchant.
— Jeune homme, que Dieu t’accompagne !
D’un amoureux tu vas le pas.
— Je suis enfant de la Bretagne,
Et ma mère m’attend là-bas.