Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/91

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


        Opprimés, gémissez plus bas.
        Que nous fait, dans un gai repas,
Que l’univers souffre ou ne souffre pas ?
                Adieu donc, pauvre Gloire !
                Déshéritons l’histoire.
Venez, Amours, et versez-nous à boire.

        Du sommeil de la liberté
                Les rêves sont pénibles :
                Devenons insensibles
        Pour conserver notre gaîté.
                        Quand tout succombe,
                        Faible colombe,
Ma muse aussi sur des roses retombe.
        Lasse d’imiter l’aigle altier,
        Elle reprend son doux métier :
Bacchus m’appelle, et je rentre au quartier.
                Adieu donc, pauvre Gloire !
                Déshéritons l’histoire.
Venez, Amours, et versez-nous à boire.