Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Quand sur nos bords on rit, on chante, on aime,
        Louis se retient prisonnier :
Il craint les grands, et le peuple, et Dieu même ;
        Surtout il craint son héritier.

            Heureux villageois, dansons !
                        Sautez, fillettes
                            Et garçons !
            Unissez vos joyeux sons,
                                Musettes
                            Et chansons !

Voyez d’ici briller cent hallebardes
        Aux feux d’un soleil pur et doux.
N’entend-on pas le Qui vive des gardes,
        Qui se mêle au bruit des verroux ?

            Heureux villageois, dansons !
                        Sautez, fillettes
                            Et garçons !
            Unissez vos joyeux sons,
                                Musettes
                            Et chansons !

Il vient ! il vient ! Ah ! du plus humble chaume
        Ce roi peut envier la paix.
Le voyez-vous, comme un pâle fantôme,
        À travers ces barreaux épais ?

            Heureux villageois, dansons !
                        Sautez, fillettes
                            Et garçons !