Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ce que le passé vous révèle
Remonte à peine à quelques jours.
Ah ! par pitié, lui dit ma belle,
Vieillard, épargnez nos amours !
 
Sur cent premiers peuples célèbres
J’ai plongé cent peuples fameux
Dans un abîme de ténèbres,
Où vous disparaîtrez comme eux.
J’ai couvert d’une ombre éternelle
Des astres éteints dans leur cours.
Ah ! par pitié, lui dit ma belle,
Vieillard, épargnez nos amours !

Mais, malgré moi, de votre monde
La volupté charme les maux ;
Et de la nature féconde
L’arbre immense étend ses rameaux.
Toujours sa tige renouvelle
Des fruits que j’arrache toujours.
Ah ! par pitié, lui dit ma belle,
Vieillard, épargnez nos amours !
 
Il nous fuit ; et près de le suivre,
Les plaisirs, hélas ! peu constants,
Nous voyant plus pressés de vivre,
Nous bercent dans l’oubli du Temps.
Mais l’heure en sonnant nous rappelle
Combien tous nos rêves sont courts ;
Et je m’écrie avec ma belle :
Vieillard, épargnez nos amours !