Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/58

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



La Chambre regorge d’intrus ;
Peins-nous l’un de ces bas ventrus
        Aux dîners qu’il écume.
— Non ; car ces gens, si gras du bec,
Votent l’eau claire et le pain sec [1].
                Amis, c’est là,
                Oui, c’est cela,
        C’est cela qui m’enrhume.

Pour nos pairs fais des vers flatteurs ;
Des Français ce sont les tuteurs :
        Qu’à leur nez l’encens fume.
— Non, car ils ont mis de moitié
Leurs pupilles à la Pitié.
                Amis, c’est là,
                Oui, c’est cela,
        C’est cela qui m’enrhume.

Peins donc S...... l’anodin ;
Peins-nous sur-tout P...... Dandin,
        Si fort quand il résume.
— Non : Cicéron m’a convaincu.
P...... dirait : Il a vécu [2].
                Amis, c’est là,
                Oui, c’est cela,
        C’est cela qui m’enrhume.

  1. Messieurs du centre voulurent qu’on laissât aux ministres le droit de régler la nourriture des personnes arrêtées comme suspectes.
  2. Allusion à une citation, sans doute fort heureuse, mais peu rassurante, que s’est permise un ministre.