Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/49

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Le quinze d’août ! s’écrie
« Bellart toujours en fureur :
« Vous ne fêtez pas Marie,
« Mais vous fêtez l’empereur !
                « Halte-là !
« Vite en prison pour cela. »

Je me tais donc par prudence,
Et n’offre que quelques fleurs.
Grand dieu ! quelle inconséquence !
Mon bouquet a trois couleurs.
Si cette erreur fait scandale,
Je puis me perdre avec vous.
Mais la clémence royale
Est là pour nous sauver tous…
                Halte-là !
Vite en prison pour cela.