Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/322

Cette page a été validée par deux contributeurs.


    Avec redingote grise.
    Près de lui je me troublai,
    Il me dit : Bonjour, ma chère,
            Bonjour, ma chère.
    — Il vous a parlé, grand’mère !
        Il vous a parlé !

    L’an d’après, moi, pauvre femme,
    À Paris étant un jour,
    Je le vis avec sa cour :
Il se rendait à Notre-Dame.
    Tous les cœurs étaient contents ;
    On admirait son cortège.
    Chacun disait : Quel beau temps !
    Le ciel toujours le protège.
    Son sourire était bien doux ;
    D’un fils Dieu le rendait père,
            Le rendait père.
    — Quel beau jour pour vous, grand’mère !
        Quel beau jour pour vous !

    Mais, quand la pauvre Champagne
    Fut en proie aux étrangers,
    Lui, bravant tous les dangers,
Semblait seul tenir la campagne.
    Un soir, tout comme aujourd’hui,
    J’entends frapper à la porte ;
    J’ouvre, bon Dieu ! c’était lui
    Suivi d’une faible escorte.
    Il s’assoit où me voilà,
    S’écriant : Oh ! quelle guerre !
            Oh ! quelle guerre !