Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/32

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Oui, libre enfin, que le monde respire ;
« Sur le passé jetez un voile épais.
« Semez vos champs aux accords de la lyre ;
« L’encens des arts doit brûler pour la paix.
« L’espoir riant, au sein de l’abondance,
« Accueillera les doux fruits de l’hymen.
« Peuples, formez une sainte alliance,
                « Et donnez-vous la main. »

Ainsi parlait cette vierge adorée,
Et plus d’un roi répétait ses discours.
Comme au printemps la terre était parée,
L’automne en fleurs rappelait les amours [1].
Pour l’étranger coulez, bons vins de France :
De sa frontière il reprend le chemin.
Peuples, formons une sainte alliance,
                Et donnons-nous la main.

  1. L’automne de 1818 fut d’une beauté remarquable : beaucoup d’arbres fruitiers refleurirent, même dans le nord de la France.