Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/311

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion


                    Je le vis, hélas !
        En quatre-vingt-douze apparaître.
                    Nobles et prélats
        Abandonnaient notre bon maître.
                L’homme rouge venait
                En sabots, en bonnet.
        M’endormais-je un peu sur ma chaise,
        Il entonnait la Marseillaise.
                    Saints du paradis,
                Priez pour Charles-Dix.

(9 thermid.)   J’eus à balayer ;
        Mais lui bientôt par la gouttière
                    Revint m’effrayer
        Pour ce bon monsieur Robespierre.
                Lors il était poudré u,
                Parlait mieux qu’un curé,
        Ou, comme riant de lui-même,
        Chantait l’hymne à l’Être suprême.
                    Saints du paradis,
                Priez pour Charles-Dix.

(Mars 1814.)   Depuis la terreur
        Plus n’y pensais, lorsque sa vue,
                    Du bon Empereur
        M’annonça la chute imprévue.
                En toque il avait mis
                Vingt plumets ennemis,
        Et chantait au son d’une vielle
        Vive Henri-Quatre et Gabrielle !
                    Saints du paradis,
                Priez pour Charles-Dix.