Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/291

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


    Ôtera-t-il sa couronne
    Quand je mettrai chapeau bas ?
    Ma foi, s’il faut crier vive !
                        Ah !
Vive l’ami qui cuit mon pain !
    Que l’on suive, suive, suive
    L’exemple de Turlupin.

    — Chante au peuple des dimanches
    Les vainqueurs pour dix écus.
    — Moi, déshonorer mes planches !
    Non, dit-il, gloire aux vaincus !
    — En prison suis-nous donc vite.
                        Ah !
Je vous suis, Monsieur de Crispin.
    Qu’on imite, imite, imite
    Ce beau trait de Turlupin.

    Veux-tu qu’Ignace t’assiste ?
    — Non, fi de ces noirs manteaux !
    Entre eux et nous il existe
    Rivalité de tréteaux.
    Ton dieu, Marie Alacoque,
                        Ah !
N’est pas plus mon dieu que Jupin.
    Qu’on invoque, invoque, invoque
    Le dieu du bon Turlupin.

    Messieurs, honorons la cendre
    De qui n’eut qu’un seul défaut.
    Sa mère était chaude et tendre,
    Turlupin fut tendre et chaud.