Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/290

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



    Culot d’une sainte abbesse
    Et d’un prélat respecté,
    Turlupin de sa noblesse
    Ne tirait point vanité.
    Il ne pouvait voir sans rire,
                        Ah !
Ses aïeux cités dans Turpin.
    Qu’on admire, admire, admire
    Le bon sens de Turlupin.

    D’abord il prit la Bastille,
    Fut soldat, et puis blessé ;
    Vint jouer à la courtille,
    Par la misère engraissé.
    La gaîté fut sa recette,
                        Ah !
Sa poudre de prelinpinpin.
    Qu’on achète, achète, achète
    Le secret de Turlupin.

    Doux censeur des grandeurs fausses,
    Aux pauvres, ses bons amis,
    En rafistolant ses chausses,
    Il disait, pauvre et mal mis :
    Au vrai bonheur puisqu’il mène,
                        Ah !
Le sabot vaut bien l’escarpin.
    Que l’on prenne, prenne, prenne
    Des leçons de Turlupin.

    — Du roi viens voir la personne.
    — Non, répondait-il, non pas.