Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/268

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



À M. GOHIER


DERNIER
PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE


QUI M’AVAIT ADRESSÉ UNE CHANSON DONT LE REFRAIN EST
Fouette ! Fouette !
Chante toujours ; ne t’endors pas


1825


Air du vaudeville des Chevilles de Maître Adam (Air noté )


Oui, je dormais sur un petit volume
Qui me vaudra d’être encore étrillé,
Lorsqu’en flatteur le bout de votre plume,
Me chatouillant, m’a soudain réveillé.
Je me suis dit : C’est présage céleste ;
Les mauvais jours seraient-ils donc passés ?
Car je ne sais si quelque fouet nous reste,
Mais jusqu’ici c’est qu’on nous a fessés.

Tout gai frondeur, semant le ridicule,
Ne peut chez nous qu’en recueillir du mal.
Notre empereur portait longue férule ;
Puis est venu le martinet royal ;
Et puis le knout, et puis les fils d’Ignace,
Dont tous les fouets contre nous sont dressés.