Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LES TROUBADOURS


DITHYRAMBE


Air : Je commence à m’apercevoir (Air noté )


        J’entonne sur les troubadours
                Un chant dithyrambique.
                Malgré goût et logique,
        Coulez, vers longs, moyens et courts.
                        Momus sommeille,
                        Qu’on le réveille ;
Gai farfadet, qu’il rie à notre oreille.
        Laissons, malgré maux et douleurs,
        L’espérance essuyer nos pleurs :
Lisette, apporte et du vin et des fleurs.
                Narguant des lois sévères,
                Troubadours et trouvères
Au nez des rois vidaient gaîment leurs verres.

        Toi, doux rimeur que la beauté
                Mène par la lisière,
                Unis parfois le lierre
        Aux roses de la volupté.
                        Coupe remplie
                        Par la Folie
Met en gaîté femme tendre et jolie.