Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/194

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Votre nom fut accompagné
« D’un pâté de mauvais présage,
« Sire, quand vous avez signé
    « Mon contrat de mariage !

« J’étais en habit de gala,
« Sire ; et, pour abréger l’histoire,
« Rappelez-vous que ce jour-là
« Un beau page tint l’écritoire.
« Ma femme ici l’avait lorgné.
« Hier je l’ai surpris… Quel outrage
« Pour vous dont la plume a signé
    « Mon contrat de mariage !

Le roi dit : « Je n’ai qualité
« Que pour guérir les écrouelles.
« Un diable, cornard effronté,
« Vilains, ici guette vos belles.
« Sur les rois même il a régné,
« Et met un sceau de vasselage
« À tous les gens dont j’ai signé
    « Le contrat de mariage.

Le livre où j’ai puisé ceci
Ajoute que l’époux morose
Faillit mourir de noir souci,
Et que d’un dicton il fut cause :
Dès qu’un mari peu résigné
Prêtait à rire au voisinage,
Le roi, disait-on, a signé
    Son contrat de mariage.