Ouvrir le menu principal

Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/114

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA GARDE NATIONALE


SUR SON LICENCIEMENT PAR CHARLES X


Air : Halte-là. (Air noté )


Pour tout Paris quel outrage !
Amis, nous v’là licenciés.
Est-ce parc’ que not’ courage
Brilla contre leurs alliés ? (bis.)
C’est quelqu’ noir projet qui perce.
Morbleu ! pour nous prêter s’cours,
Il faut qu’ chacun d’ nous s’exerce.
Du mêm’ pied partons toujours.
                N’ cessons pas,
Chers amis, d’ marcher au pas.

Moitié d’ la gard’ nationale
S’ composait d’anciens soldats ;
Des braves d’ la gard’ royale
Aussi faisions-nous grand cas.
Sans l’ ministère, nul doute
Qu’on eût pu nous voir quelqu’ jour,
Dans not’ verre, eux boir’ la goutte,
Nous, marcher à leur tambour.
                N’ cessons pas,
Chers amis, d’ marcher au pas.