Page:Austen Lady Susan Watson Letters.djvu/127

Cette page n’a pas encore été corrigée


Le monde doit juger selon les probabilités ; il n’y avait rien contre elle, que son mari et sa conscience. Sir James peut sembler en avoir retiré beaucoup plus de mal que sa folie ne méritait ; je le laisse, par conséquent, à toute la pitié que quiconque pourra lui donner. Pour ma part, j’avoue que je ne peux éprouver de la pitié que pour Miss Mainwaring, qui, venant à la ville, et se mettant en frais de vêtements qui l'appauvrirent pour deux ans, dans le but de se l’assurer, a été frustrée de son dû par une femme de dix ans plus âgée qu’elle.