Page:Austen - Love & Freindship and other early works.djvu/115

Cette page n’a pas encore été corrigée


bonté ne sais pas je refuse de lire ce qu'il va tellement intéresser mon Coeur à écrire. J'ai déjà pensée que d'avoir ce qu'on appelle en général un ami (je veux dire un de mon propre sexe à qui je pourrait parler avec moins de réserve que pour tout autre personne) indépendante de ma soeur ne serait jamais un objet de mes voeux, mais à quel point je me suis trompé! Charlotte est trop absorbée par deux correspondants confidentiels de ce type, pour fournir la place d'un pour moi, et j'espère que vous ne serez pas pense moi fille romantique, quand je dis ça avoir une sorte et compatissant Freind qui pourrait écouter mes peines sans effort pour me consoler était ce que j'avais pendant un certain temps souhaité, quand notre connaissance avec vous, le intimité qui a suivi et l'affection particulière attention que vous m'avez payé presque de la d'abord, m'a causé de divertir l'idée flatteuse de ces attentions étant améliorées sur une connaissance plus proche dans une amitié qui, si vous étiez ce que mes souhaits ont formé, vous seriez le plus grand Le bonheur que je pourrais être capable d'apprécier. À trouver que de tels Espoirs sont réalisés est une satisfaction en effet, une satisfaction qui est maintenant presque la un seul que je peux éprouver. Je me sens tellement langoureuse que je suis sûr que vous étiez avec moi m'obligerait à abandonner l'écriture, et je ne peux pas vous donner une meilleure preuve de mon affection pour vous