Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/87

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


semaine ! Tant que la pauvre madame Churchill eût vécu, je ne suppose pas qu’elle eût jamais donné son consentement, et à peine est-elle dans la tombe, que son mari se conduit tout différemment qu’elle n’eût fait. Qu’il est heureux que son injuste influence ne lui ait pas survécu. Qnant à lui, Frank a eu très-peu de peine à lui persuader de donner son consentement.

« Ah ! se dit Emma à elle-même, il l’eût aussi donné pour Henriette. »

« Cette affaire fut arrangée hier au soir, et Frank est parti au point du jour ce matin. Je suppose qu’il s’est arrêté quelque temps à Highbury ; de là il est venu chez nous ; mais il avait une telle hâte d’aller rejoindre son oncle, auquel il est plus nécessaire que jamais, que, comme je vous l’ai dit, il ne nous a donné qu’un quart-d’heure. Il était dans une agitation extraordi-