Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/81

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à mon gré, et que j’étais disposée à m’attacher à lui ; je dis plus, je l’étais. Comment cela a cessé, je l’ignore. Heureusement cependant cela est arrivé. Il y a en vérité plus de trois mois que je ne sens rien du tout pour lui. Vous pouvez m’en croire, madame Weston, je vous dis la pure vérité. »

Mad. Weston, les larmes aux yeux, se jeta à son cou, et aussitôt qu’elle put parler, elle l’assura que rien au monde ne pouvait lui faire autant de bien que ce qu’elle venait de lui entendre dire. M. Weston sera presque aussi satisfait que moi, quand il apprendra l’assurance que vous me donnez de votre indifférence pour son fils. C’est le seul point qui nous tenait au cœur. C’était le souhait le plus ardent de nos cœurs que vous pussiez avoir de l’attachement l’un pour l’autre ; et nous étions persuadés qu’il en était ainsi. Imaginez-