Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/160

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


personne aux bains de Weymouth, se fait aimer d’elle, et avec une passion si sincère, que sa conduite dédaigneuse ne peut la diminuer. Si lui et toute sa famille s’étaient occupés de faire un choix, il leur eût été impossible d’en faire un meilleur. Sa tante se serait opposée à son bonheur. Elle meurt. Il n’a qu’à dire un mot, et ses parens s’empressent d’y souscrire.

« Il s’est mal conduit avec tout le monde, et on se fait un plaisir de lui pardonner. En vérité, il est bien heureux ! »

« Vous parlez de lui comme si vous en étiez jaloux. »

« Oui ; Emma, j’en suis jaloux, pour une raison particulière, non pas pour toutes. »

Emma ne dit plus rien, elle craignait qu’on ne vînt à parler d’Henriette ; et son intention était d’écarter ce sujet