Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/152

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« J’ai reçu ce matin un billet de M. Weston sur les affaires de la paroisse ; et à la fin de ce billet, il m’a donné en abrégé le détail de cet événement. »

Emma se sentit tout à fait soulagée, et put dire avec calme :

« Vous avez sans doute été moins surpris qu’aucun de nous, car vous aviez des soupçons ; je n’ai pas oublié que vous avez eu l’intention de me mettre sur mes gardes. »

« J’aurais bien dû vous écouter ; mais (avec un gros soupir et un son de voix altéré) je suis condamnée à un aveuglement continuel. »

On garda le silence pendant un moment, et elle ne soupçonnait pas d’avoir excité aucun intérêt, jusqu’à ce qu’elle sentît qu’il lui avait pris le bras, qu’il serrait contre son cœur, et qu’elle