Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


elle. Il avait donné un coup d’œil dans la salle à manger, et voyant qu’il n’y était pas nécessaire, il préférait rester dehors. Emma crut que ses regards et ses paroles n’annonçaient pas la gaîté, et ses craintes lui suggérèrent qu’il avait probablement communiqué à son frère son projet, et qu’il était peiné de la manière dont il avait été reçu.

Ils continuèrent à se promener. Il gardait le silence ; elle crut qu’il la regardait souvent, et qu’il essayait de voir plus de sa figure qu’elle n’avait envie de lui en montrer ; et cette croyance produisit une autre crainte. Il avait peut-être l’intention de lui faire part de son attachement pour Henriette ; il cherchait peut-être qu’elle lui donnât occasion d’en parler. Elle ne se sentait ni la volonté ni le désir d’aborder un pareil sujet. C’était à lui à prendre l’initiative. Cependant son silence lui