Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/138

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Je suis très-persuadée qu’elle lui est extrêmement attachée. »

« Je crains bien, dit Emma, en soupirant, d’avoir souvent contribué à la rendre malheureuse. »

« C’était bien innocemment, ma chère. Elle en était sans doute troublée, car, en parlant de leur querelle, il en a dit quelque chose. Une des conséquences naturelles de la faute qu’elle a commise, a-t-elle dit, a été de la rendre déraisonnable. La connaissance intime qu’elle avait d’avoir mal fait, lui avait occasionné des inquiétudes, causé des irritations qu’il n’avait pu supporter. Je ne me suis pas conduite avec lui comme je le devais, dit-elle, vu sa gaîté, son amabilité et son humeur folâtre, qui, dans d’autres circonstances, m’eût plu comme auparavant. Elle a ensuite commencé à parler de vous et des bontés que vous lui aviez témoignées pendant