Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/120

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


accordé à chacun d’eux depuis la connaissance qu’elle avait faite du dernier ; cette comparaison que, dans tous les temps elle pouvait faire, l’avait-elle faite ? Oh ! non ! plût à Dieu que cette idée lui fût venue ! elle aurait vu que dans tous les temps M. Knightley était infiniment supérieur à Frank Churchill, même au moment qu’elle croyait ne rien sentir pour lui. Elle découvrit qu’en se persuadant d’agir contradictoirement aux principes qu’aurait établis cette comparaison, si elle avait été assez heureuse pour la faire, elle avait vécu dans une illusion complète, faute d’avoir connu son propre cœur, et qu’enfin elle n’avait jamais été véritablement éprise de M. Frank Churchill !

Telle fut la conclusion de ses réflexions ; telle fut la connaissance qu’elle acquit d’elle-même, la première fois qu’elle voulut bien s’en occuper, et