Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/114

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fiaient la préférence qu’il lui donnait, toutes ces marques de distinction étaient gravées dans le cœur d’Henriette, et Emma n’y avait pas pris garde. Des circonstances qui ne l’avaient pas frappée, quoiqu’elle en eût été témoin, lui parurent alors vraisemblables, parce qu’elle se souvenait parfaitement de celles qui avaient le plus confirmé Henriette dans ses espérances ; d’abord, de l’avoir vu seul avec elle dans l’allée des ormes à Donwell, où ils s’étaient promenés long-temps avant son arrivée (exprès, comme elle se l’imagina pour la séparer des autres dames). D’abord, il lui parla d’une manière toute particulière ; chose qu’il n’avait jamais eu coutume de faire auparavant (ici Henriette rougit beaucoup). Il semblait lui demander si ses affections étaient engagées ; mais aussitôt qu’elle parut (mademoiselle Woodhouse), il