Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/98

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« J’ignore ce que je pourrais imaginer ; mais j’avoue que je n’ai jamais vu de figures ni de formes qui me plaisent davantage que les siennes. Mais j’ai de la partialité pour elle, en qualité d’ancien ami. »

« Quel œil ! Œil d’un véritable brun clair, si brillant ! Des traits réguliers, une contenance ouverte, avec un teint, oh ! quel teint ! il annonce une santé parfaite, une taille si bien prise et si élevée, une si belle prestance. On voit la santé, non-seulement sur son teint, mais dans son air, sa tête et ses regards. On dit quelquefois qu’un enfant est le portrait de la santé, Emma me donne l’idée d’une santé parvenue à sa perfection. C’est l’amabilité personnifiée, n’est-il pas vrai, M. Knightley ? »

« Je ne trouve rien à redire dans toute sa personne, fut sa réponse. J’aime beaucoup à la regarder, et,