Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/50

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le manoir de M. Knightley, renfermaient une grande partie de ce cercle.

Très-souvent, à la persuasion d’Emma, il invitait à dîner les plus apparens du cercle ; mais il préférait les après-dînées, à moins qu’il ne se crût pas en état de recevoir compagnie. Il se passait peu de soirées dans là semaine, sans qu’Emma ne pût pas lui procurer une partie aux cartes.

Les égards qu’on avait pour lui depuis long-temps, amenaient M. Weston, M. Knightley et M. Eston, jeune homme qui vivait seul malgré lui ; il échangeait volontiers une soirée à passer dans sa triste solitude, pour l’élégance de la société du salon de M. Woodhouse : le sourire de son aimable fille n’était pas perdu pour lui.

Après ceux-ci venait une autre partie de ce qu’il y avait de plus digne d’être reçu. Madame et mademoiselle