Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/468

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.







CHAPITRE XXII.


Le cœur d’Henriette n’était rien moins que disposé à faire des visites. Une demi-heure avant l’arrivée d’Emma chez madame Goddard, sa mauvaise étoile l’avait conduite sur le lieu même où l’on mettait dans la carriole du boucher, pour être portée à la diligence, une malle adressée au révérend Philip. Elton, au Cerf blanc, à Bath. La pauvre Henriette ne pensait à autre chose qu’à la malle et à l’adresse qui était dessus.

Elle partit, cependant : on devait la descendre à l’entrée d’une allée sablée, qui conduisait à la ferme, et qui était bordée de pommiers taillés en espaliers. La vue de tous les objets qui