Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/447

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de merceries ; sa boutique était la plus grande du pays et la plus fréquentée.

« Elle y resta, sans songer à rien au monde, à peu près dix minutes, quand tout d’un coup, devinez qui entra ? Oh ! je fus bien surprise, mais ils sont du nombre des pratiques de Ford. Qui vis-je entrer, Elisabeth Martin et son frère ! »

« Ma chère demoiselle Woodhouse, qu’en pensez-vous ? Je croyais que j’allais me trouver mal. J’étais fort embarrassée. J’étais assise près de la porte. Elisabeth m’aperçut en entrant, mais lui, il ne me vit pas ; il était occupé à serrer son parapluie. Je suis persuadée qu’elle m’avait vue, mais elle se détourna et ne fit pas attention à moi. Ils allèrent tous les deux au comptoir, et je restai assise près de la porte. Oh ! mon dieu, je souffrais beaucoup ! Je suis sûre que j’étais aussi pâle que ma