Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/439

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nêtes gens se rencontrent. Cela arrive presque toujours. Maintenant nous aurons ici M. Elton et mademoiselle Hawkins ; nous avons les Coles, très-bonnes gens, et les Perry. Je ne crois pas qu’il y ait un meilleur couple, ou plus heureux que M. et madame Perry. Je dis, Monsieur, se tournant vers M. Woodhouse, je pense qu’il y a peu d’endroits qui aient une société comme celle d’Highbury. Je le dis toujours, c’est une grande bénédiction d’avoir des voisins comme nous en avons. Mon cher monsieur, s’il y a une chose que ma mère préfère à une autre, c’est Le porc, une longe de porc rôtie. »

« Quant à ce qu’est et ce qui est mademoiselle Hawkins, et combien de temps il y a qu’il a fait connaissance avec elle, dit Emma, je crois qu’on n’en peut rien savoir. On sent bien qu’il ne peut avoir fait connaissance