Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/435

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reux. Ma mère vous fait ses très-humbles remercîmens, et dit que vos bontés l’oppressent.

« Nous estimons beaucoup le porc d’Hartfield, dit M. Woodhouse, il est en vérité si supérieur à tout autre, qu’Emma et moi ne pouvions avoir de plus grand plaisir que de… »

« Ah ! mon cher Monsieur, comme dit ma mère, nos amis ont trop de bonté pour nous. Si jamais il a existe des personnes qui, sans posséder de grandes richesses, aient eu tout ce qu’elles pouvaient désirer, c’est certainement nous. Nous pouvons dire que nous sommes nés héritiers de tout le monde. Eh bien ! M. Knightley, ainsi vous avez vu la lettre ! Eh bien ! »

« Elle était courte et annonçait seulernent… Mais comme de droit, enjouée et triomphante. »

Ici, il jeta un coup d’œil malin sur