Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/432

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


porté une que j’ai trouvée en chemin, qui, je crois, vous intéressera. »

« Des nouvelles ! Oh ! oui, j’ai toujours aimé les nouvelles à la folie. Qu’est-ce que c’est ? Pourquoi souriez-vous ? Où les avez-vous apprises ? de Randalls ? »

Il n’eut que le temps de dire.

« Non, pas à Randalls, je n’y ai pas été. »

Alors la porte s’ouvrit, et mesdemoiselles Bates et Fairfax entrèrent dans le salon, pleines de remercîmens et de nouvelles, mademoiselle Bates ne savait par où commencer. Monsieur Knightley vit qu’il avait perdu l’occasion de parler, et qu’il n’aurait pas de sitôt la parole.

« Oh ! mon cher Monsieur, comment vous portez-vous ce matin ? Mon cher M. Woodhouse. Je viens comme anéantie. Un si beau quartier de porc !