Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/426

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aussitôt qu’il eut fini avec M. Woodhouse, et que les papiers furent retirés, extrêmement agréable. Vous et ma demoiselle Fairfax, vous nous avez régalés d’une excellente musique. Je ne crois pas qu’il y ait, Monsieur, de situation plus agréable que d’être assis à son aise et amusés, tantôt par le jeu, et tantôt par la conversation de deux pareilles demoiselles. Je suis persuadé, Emma, que mademoiselle Fairfax a passé une soirée délicieuse. Vous n’avez rien oublié. J’ai été charmé que vous l’ayez fait jouer si long-temps, car n’ayant pas d’instrument chez sa grand’mère, c’était une grande attention de votre part. »

« Votre approbation, Monsieur, me fait beaucoup de plaisir, dit Emma en riant, je me flatte néanmoins que je ne manque pas souvent d’égards envers ceux qui visitent Hartfield. »