Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/366

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grandes filles de la pension : et ce n’était qu’à Hartfield qu’elle en entendait parler avec froideur. Ce n’était donc que dans le lieu où elle avait reçu sa blessure, qu’elle pouvait trouver sa guérison : et Emma sentait qu’elle ne recouvrerait jamais la paix de l’âme, jusqu’à ce que son amie n’ait fait de grands progrès vers cette guérison.


―――――