Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/342

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ton fier ; et elle arriva à Hartfield extraordinairement agitée.

Elle fut reçue avec des transports de joie inexprimables, par son père, qui tremblait de la savoir seule, en voiture, depuis le presbytère, près duquel il y avait un tournant, dont il ne pouvait se rappeler sans frémir, et encore, n’ayant qu’un cocher ordinaire, qui n’était pas expérimenté comme Jacques. Il semblait qu’on n’attendait qu’elle pour que tout allât bien ; car M. Jean Knightley, honteux de la mauvaise humeur qu’il avait montrée, était rempli d’attentions pour M. Woodhouse, et si empressé de lui plaire, qu’il parut près d’accepter une écuellée de gruau, reconnaissant qu’il n’y avait rien de plus sain : et cette journée se termina heureusement pour tout le monde, excepté Emma. Jamais ses esprits n’a-