Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/282

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’être de la partie et de laisser Henriette malade ! C’est en vérité bien étrange ! Mais il y a, je crois, chez les hommes et surtout chez les célibataires une telle inclination, une telle passion pour dîner dehors, qu’une invitation fait la meilleure partie de leurs plaisirs, ils lui sacrifieraient tout, leur temps, leur dignité, quelquefois même leur devoir : il faut qu’il en soit de même avec M. Elton, jeune homme aimable, qui plaît et certainement estimable, surtout très-amoureux d’Henriette ; et cependant il ne peut refuser une invitation ! Quelle chose étrange que l’amour ! Il découvre dans Henriette un esprit pénétrant, et il ne peut dîner seul pour l’amour d’elle. »

Peu après, M. Elton les quitta, elle lui rendit justice, et lui sut gré de la manière sentimentale avec laquelle il nomma Henriette en partant, du ton