Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/263

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la ville ; et j’y verrais avec peine mes enfans forcés d’y demeurer. Mais nous avons un si bon air ! M. Wingfield dit que le vicinité de Brunswick-Square est le seul salubre, à cause de l’air qu’on y respire. »

« Ah ! ma chère, il ne ressemble point à celui d’Hartfield. Vous vantez le vôtre ; mais quand vous demeurez huit jours à Hartfield, vous êtes tout à fait d’autres créatures ; vous ne vous ressemblez plus à vous-même. Maintenant je dois vous dire que vous ne paraissez pas du tout en bonne santé. »

« Je suis fâchée de vous entendre parler ainsi, mon cher papa, mais je vous assure qu’excepté ces petits maux de tête nerveux, et ces palpitations dont je ne suis exempte nulle part, je me porte très-bien ; et si les enfans étaient pâles avant d’aller se coucher, c’était parce qu’ils étaient fatigués du