Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/248

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tère aisé et jovial qu’un homme vraiment sensible ; il prend le temps comme il vient, s’amuse de tout ; et je suppose qu’il compte plus sur ce qu’on appelle la société, pour les jouissances de la vie, c’est-à-dire, boire, manger et jouer au wisk avec les voisins cinq à six jours de la semaine, que sur les affections domestiques, et tout ce que peut lui procurer sa propre maison. »

Emma ne pouvait souffrir qu’on se permît la moindre réflexion sur la conduite de M. Weston ; elle eut envie de prendre sa défense : mais elle se contint et ne dit rien. Elle désirait entretenir la paix, s’il était possible ; d’ailleurs, les habitudes domestiques lui paraissaient si honorables, ainsi que les personnes qui leur donnaient la préférence sur ce qu’on appelle or-