Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/225

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Oh ! ma chère, non, » s’écria sa compagne. Elles poursuivirent leur route. Le chemin faisait un détour peu loin de l’endroit où elles étaient, et, après l’avoir passé, elles aperçurent M. Elton ; il était si près, qu’Emma n’eut que le temps de dire :

« Ah ! Henriette, voici la pierre de touche qui va prouver la stabilité de nos pensées. »

« Après tout, ajouta-t-elle en souriant, je me flatte qu’on conviendra que, lorsque la compassion a procuré des secours aux malheureux, on doit être satisfait. Si nous sentons assez vivement les peines d’autrui pour y apporter le remède qui est en notre pouvoir, le reste n’est qu’une sympathie vide de sens, et qui ne peut que nous faire de la peine. »

Henriette ne put dire que : « Oh ! oui, ma chère, » avant que M. Elton