Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/215

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


res et les arbres étêtés de cette partie d’Highbury. »

Emma s’aperçut qu’Henriette n’avait jamais vu le presbytère, et la curiosité qu’elle avait de le voir était si violente, que, tout considéré, elle attribua cette curiosité à l’amour, comme elle l’avait fait à l’égard de M. Elton, lorsqu’il trouva qu’Henriette avait un esprit pénétrant.

« Je voudrais que nous pussions songer au moyen, dit-elle ; mais je ne trouve aucun prétexte plausible d’entrer. Aucun domestique sur lequel je puisse prendre des informations auprès de la ménagère, aucun message de la part de mon père. » Elle y songea, mais elle ne trouva rien. Après un silence de quelques minutes, Henriette parla ainsi :

« Je suis bien étonnée, mademoiselle Woodhouse, que vous ne soyez