Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/214

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


après ces maisons, s’élevait le presbytère, vieille maison et pas trop bonne, bâtie aussi près que possible de la route. Sa situation n’était pas avantageuse ; le nouveau propriétaire l’avait embellie autant que possible ; mais, telle qu’elle était, les deux amies ralentirent leurs pas en passant devant, pour l’observer. Emma fit la remarque suivante :

« La voilà. C’est ici qu’un de ces jours, vous et votre recueil d’énigmes viendrez. »

Celle d’Henriette fut :

« Oh ! quelle charmante maison ! Qu’elle est belle ! Voilà les rideaux jaunes que mademoiselle Nash admire tant. »

« Je me promène rarement sur cette route, dit Emma, comme elles marchaient ; mais bientôt j’aurai un motif, et peu à peu je ferai connaissance avec toutes les haies, les barrières, les ma-