Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/130

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


attendait avec impatience, ce qu’elle en pensait, criant : Fort bien ! fort bien ! et fut à la fin forcée de dire : La lettre est-elle bonne ? ou : Est-elle trop courte ? « Oui, en vérité, la lettre est très-bonne, répliqua lentement Emma, elle est si bonne que je suis persuadée qu’une de ses sœurs est venue à son secours. Je ne puis concevoir que le jeune homme qui vous parlait l’autre jour, puisse s’exprimer aussi bien sans secours, et cependant ce n’est pas le style d’une femme ; il est trop fort, trop concis, et pas assez diffus pour une femme. Il n’y a pas de doute, c’est un homme sensé, il a de l’esprit naturel, pense d’une manière forte et claire, et qui lorsqu’il prend une plume trouve des mots convenables. Il existe de ces gens-là, vigoureux, décidés, ayant des sentimens, qui, jusqu’à un certain point, ne sont