Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/123

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Mais il n’est jamais sain de s’asseoir dehors, ma chère. »

« Il vous est permis de dire tout ce qui vous plaît, monsieur, mais j’avoue que je regarde comme une très-heureuse idée, celle de placer mademoiselle Smith dehors, et l’arbre est si bien touché ! Aucune autre situation n’aurait pu convenir. La naïveté des manières de mademoiselle Smith, et le tout ensemble. Oh ! tout est admirable ! Je ne puis en détourner les yeux ! Oh ! il est très-admirable ! Je n’ai jamais vu une ressemblance plus frappante. »

Maintenant il s’agissait d’avoir une bordure, et cela n’était pas aisé. D’abord il fallait l’avoir dans le plus bref délai, et la tirer de Londres. On n’en pouvait donner l’ordre qu’à une personne intelligente, sur le bon goût de laquelle on pût compter, et Isabelle,