Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/109

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


parlerai tout à l’heure, je me dégoûtai de cette occupation et l’abandonnai entièrement. J’ai envie cependant de tenter l’aventure, si Henriette veut poser. »

« Quel plaisir d’avoir son portrait ! »

« Oh ! je vous en supplie, mademoiselle Woodhouse, s’écria M. Elton, ce serait, en vérité, délicieux ; je vous en prie en grâce d’exercer ce charmant talent, en faveur de votre amie. J’ai vu vos dessins. Comment pouviez-vous supposer que je fusse si ignorant ? Ce salon n’est-il pas orné de vos paysages et de vos fleurs ? Madame Weston n’a-t-elle pas à Randalls, dans la salle de compagnie, des portraits inimitables, sortis de vos mains ? »

Oui, brave homme, se disait Emma en elle-même ; mais qu’est-ce que tout cela a de commun avec la ressem-