Ouvrir le menu principal

Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/106

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec tant de chaleur, que s’il manquait quelque chose à sa passion, un peu de temps suffirait pour compléter sa défaite. Une grande preuve de son attachement venait de ce qu’il s’était aperçu des progrès surprenans qu’avait faits Henriette dans ses manières, depuis son admission à Hartfield.

« Vous avez donné à mademoiselle Smith tout ce qui lui manquait, disait-il, vous lui avez communiqué la grâce et l’aisance qu’elle n’avait pas. Elle était très-belle à son arrivée à Hartfield ; mais à mon avis, les perfections dont vous l’avez ornée, surpassent ce que la nature a fait pour elle. »

« Je suis très-flattée que vous pensiez que je lui aie été utile ; mais Henriette n’avait besoin que d’être redressée et de recevoir quelques avis. Elle possédait une grâce naturelle, une douceur de caractère inexprimable et une