Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/48

Cette page a été validée par deux contributeurs.


penserait encore, et après quelques jours de doute et d’indécision, la grande affaire fut déterminée, et la question actuelle fut de savoir où l’on irait s’établir. Trois alternatives se présentaient : Londres, Bath, ou quelque autre maison de campagne. Tous les vœux d’Alice étaient pour le dernier parti. La plus petite maison dans le voisinage où elle pourrait encore jouir de la société de lady Russel, être auprès de sa sœur Maria, et goûter encore le plaisir de voir les prairies, les bosquets de Kellinch-Hall, était l’objet de son ambition : mais son destin accoutumé en ordonna autrement. La pauvre Alice avait toujours vu ses vœux contrariés ; ils le furent encore dans cette occasion : elle détestait le séjour de Bath, et Bath fut choisi pour y fixer la demeure de la famille Elliot.

Sir Walter aurait préféré Londres, mais sir Shepherd sentit que le séjour en était trop dangereux, et occasionerait trop de dépense ; avec son adresse ordinaire, il vint à bout de le dissuader de Londres, et de lui faire préférer Bath. « C’est, lui dit-il, le seul lieu qui convient à ces circonstances : vous pouvez là conserver votre importance, l’augmenter même par la comparaison, faire peu de dépense,