Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/45

Cette page a été validée par deux contributeurs.


égards qu’un gentilhomme et le chef d’une illustre famille a droit d’attendre, on en doit plus encore au caractère d’un homme probe et honnête. »

Alice la conjura de parler fortement à ses parens d’après ces principes ; comme rien ne lui aurait coûté pour remplir un tel devoir, elle aimait à se persuader que son père et sa sœur penseraient comme elle, et préféreraient une réforme complète à des demi-mesures, qui sont aussi des privations, et ne remédient à rien ; elle pensait avec raison qu’il valait mieux trancher dans le vif, et s’ôter même la possibilité de continuer par habitude un genre de vie dispendieux. Elle connaissait assez Elisabeth pour être sûre que le sacrifice de la voiture à quatre chevaux ne lui coûterait pas plus que la réduction de deux. En effet, quelle humiliation d’être vue dans ce chétif équipage ! Il en était de même de plusieurs autres objets de luxe, dont Lady Russel avait retranché la moitié, et qu’Alice fit retrancher entièrement.

Sachant combien ses avis seraient de peu conséquence, elle pria lady Russel de parler, de déployer toute sa persuasive éloquence, qu’elle appuierait de son faible pouvoir ; mais