Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/223

Cette page a été validée par deux contributeurs.


affection, leur amour pour leurs femmes et pour leurs enfans, dont la plupart sont privés si long-temps, et qu’ils retrouvent avec tant de plaisir : elle assurait avec sa volubilité accoutumée, que les marins étaient la meilleure espèce d’homme qu’il y eût au monde, qu’eux seuls savaient être heureux et rendre heureux ceux qui les entouraient, qu’eux seuls méritaient d’être aimés, respectés, et de n’essuyer jamais de refus d’une femme raisonnable et sensible.

Louisa prêchait une convertie ; Alice ne répondait rien, tant elle approuvait ce raisonnement.

Ils rentrèrent à l’auberge pour s’habiller et dîner. Tout était si bien arrangé par les soins de Wentworth, qu’il ne manqua rien à la fête, quoique ce fût une mauvaise saison, et que l’hôte et l’hôtesse ne cessassent de faire des excuses sur ce qu’ils n’attendaient pas une aussi nombreuse compagnie, et que Lyme était dans ce moment-là dépourvu de bonne chère. Tout le monde fut content, excepté la pauvre Alice, qui trouvait plus dur qu’elle ne l’avait imaginé d’être ainsi en partie de plaisir avec Frederich Wentworth, assise à la même table avec ce bien-être, cette gaîté amicale qu’ils