Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/204

Cette page a été validée par deux contributeurs.


trop étroit, il se penchait plus près d’elle, et ni l’un ni l’autre ne se plaignait d’être gêné dans sa marche. Insensiblement la société fut divisée en trois parties assez distantes pour ne pas s’entendre mutuellement ; Alice, comme on le comprend, appartenait à la moins animée en apparence, car son cœur était pour le moins aussi agité que celui de ses compagnes. Elle était avec Charles et Maria, et assez fatiguée pour accepter avec plaisir le bras de son beau-frère ; il était de très-bonne humeur pour elle et de très-mauvaise pour sa femme, qui l’avait désobligé en refusant de faire une visite à Winthrop ; il le lui témoignait en retirant à chaque instant le bras sur lequel elle s’appuyait pour couper avec son fouet la tête des orties au bord des haies, et quand Maria s’en plaignait et se lamentait d’être du côté de la haie, Charles rejetait les bras de ses deux compagnes pour courir après une belette, pour regarder un écureuil qui grimpait sur un arbre, puis il revenait en courant prendre le bras de sa belle-sœur, en lui faisant des excuses, pendant que Maria passait rudement le sien sous celui de son mari, en le grondant du peu d’égards qu’il avait pour elle.