Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/161

Cette page a été validée par deux contributeurs.


puis que vous êtes ici elle y pense sans cesse.

— Pauvre cher garçon ! continua la mère en essuyant ses yeux ; il était devenu si sage ! il m’écrivait de si jolies choses depuis qu’il était sous vos ordres ! Ah ! qu’il eût été heureux, et nous aussi, s’il ne vous avait jamais quitté ! Un si bon exemple, un si bon ami, auraient produit sur lui un effet merveilleux. Quel malheur qu’il nous ait été enlevé ! »

Il y eut alors une impression momentanée sur la physionomie du capitaine, un certain regard échappé de ses yeux noirs, pleins d’esprit et de feu, un certain sourire qu’Alice avait souvent remarqué quand sir Walter ou la fière Elisabeth l’honoraient de leur dédain, et qui lui prouva que loin de partager les regrets de mistriss Musgrove sur son fils, il avait été charmé d’en être débarrassé. Mais ce fut un éclair ; il avait trop de vraie sensibilité pour ne pas respecter la tendresse maternelle, même lorsqu’elle est aveugle ; et, prenant un air d’intérêt, il vint s’asseoir à côté de mistriss Musgrove, et entama une conversation sur son fils, dans laquelle il évita de détruire l’opinion qu’elle avait de son pauvre Richard, dont il parla avec sa grâce et sa bonté naturelles.